Flattr this

0

Pierre Chareau and the Maison de Verre


I’ve been digging through my files and old website – it’s quite surprising how prolific I was back in the nineties, and how many topics I was interested in. One of the things that I made webpages about was the Maison de Verre, Pierre Chareau‘s transparent house in Paris. I wrote a short introduction and also translated part of Adam Gopnik’s 1994 New Yorker article so that more information would be available in French. Gopnik lived in the house for a while, and his description of the effect of living in the house is to me more interesting than any facts about its architecture or about the ideals behind it.

 

 

See the original page about the Maison de Verre here and the translated article is here. I have included a couple of excerpts on this page.


 

Pierre Chareau et la Maison de Verre.

"Nous devrions vivre de façon transparente, "publique", parce que toute vie devrait être communautaire."

 

 

Design - 10 Ko Pierre Chareau est un décorateur d’intérieur et architecte français né en 1833 et mort en 1950. Il est connu en tant que designer pour ses meubles Art déco, mais son oeuvre la plus célèbre est une maison située au 31 de la rue St Guillaume, à Paris, pas très loin du Bon Marché. Elle s’appelle Maison Dalsace – mais elle est plus connue sous le nom de Maison de Verre. Elle fut construite de 1927 à 1931 par Pierre Chareau pour son ami Jean Dalsace, un médecin, et sa femme Annie.La Maison de Verre a été un exemple pour de nombreux architectes, surtout parce que pour la première fois elle utilisait le verre et l’acier, matériaux ensuite largement répandus. Chareau suivait en fait une longue tradition de recherche de la transparence en architecture, mais pour des raisons politiques

Article du New Yorker

Dans un long article intitulé “The Ghost of the Glass House” (Le fantôme de la Maison de Verre) publié le 9 mai 1993 dans le magazine “The New Yorker”, le journaliste Adam Gopnik raconte comment, après avoir découvert et s’être passionné pour la Maison de Verre construite par Pierre Chareau en 1927, il résolut d’y vivre pour un temps avec sa femme Martha, malgré le fait que la maison soit réputée “inhabitable”. Il commence l’article par une description:

 Quelqu’un avait laissé le portail ouvert. Nous entrâmes, et vîmes, à l’autre bout de la cour pavée, un mur de verre, étincelant dans la lumière de fin d’après-midi. Il ne semblait reposer sur rien, comme un bloc de cristal translucide flottant dans l’espace. Nous nous aperçûmes alors que le bloc se tenait en équilibre au-dessus d’une entrée de verre et d’acier, et que ses murs étaient constitués de centaines de petites facettes de verre – de petites briques transparentes. Il était difficile d’estimer la taille du mur de verre: il s’étendait sur presque toute la largeur de la cour intérieure, et remplissait donc votre champ de vision.
Soudain, la maison s’alluma : la paroi devant nous commença à briller comme une lanterne japonaise, éclairée de l’extérieur (par, comme je le vis après un moment, deux projecteurs suspendus à quelque distance sur des échelles métalliques) d’une manière qui la faisait sembler éclairée du dedans. Les briques disparurent, se fondant en une seule grande lueur. Sur le côté droit, en bas de la paroi transparente, il y avait une simple plaque de métal frappée de caractères rouges: “Pierre Chareau 1931; coll-Bijvoët; fers-Dalbet”. La maison semblait signée comme une peinture.
 

 

Facade vue de l'interieur (63 Ko)


Read more here




Leave a Reply